Billets

Sous cette rubrique, figurent des informations, billets d'humour, d'humeur :
- soit à l'initiative de la Rédaction,
- soit à la demande des usagers du site, les billets étant soumis à modération avant parution.

Pour déposer un billet :
- rendez vous dans l'espace membre (menu déroulant à gauche de l'écran)
- puis cliquez sur "Ajouter un billet"

ou cliquez ICI

 

De la laïcité positive à la laïcité soumise

Si pendant la campagne électorale le discours de l’actuel « Premier de cordée » était resté politiquement correct mais surtout flou sur sa conception de la laïcité, ses dernières déclarations ne laissent guère de doute sur son  positionnement intime en la matière.

Ainsi, dans la déclaration au « Parisien » du 10 octobre 2017 on peut lire : « la laïcité n’est pas la négation des religions, c’est la capacité de les faire coexister dans un dialogue » Nous voilà donc entrés, comme dit Philippe Portier, Directeur du Groupe Société, Religions, Laïcité au CNRS,  dans une « laïcité de coexistence » c'est-à-dire  un œcuménisme exactement contraire à la tradition laïque, qui, faut- il le répéter, se fonde sur la stricte séparation des Eglises et de l’Etat.

Auparavant, le 1er octobre 2016, au cours  du débat qui l’opposait à Jean François Khan, Emmanuel Macron déclarait : « La République est le lieu magique qui permet  à des gens de vivre dans l’intensité de leur religion » dont acte, à ceci près que République ne rime pas avec pensée magique mais avec pensée rationnelle. D’ailleurs, la phrase suivante dissipe toute équivoque. Un catholique pratiquant peut considérer que «les lois de la religion dépassent les lois de la République, dans sa conscience profonde ». Ce n’est pas dit explicitement, mais on peut légitimement  voir là un encouragement à  imposer ses convictions intimes dans la sphère publique, comme à Latran, c‘est à dire de faire prévaloir la loi de Dieu -à moins qu’il ne s’agisse des commandements de cléricaux- sur celle des hommes. D’ailleurs les évêques, via Sens commun,  n’ont-ils pas appelé à la désobéissance civile en ce qui concerne le projet de loi sur la procréation médicale assistée ? Et que dire des fondamentalistes qui ne reconnaissent qu’une seule loi, celle d’Allah, et qui, devant les tribunaux  demandent conseil aux théologiens de l’Islam plutôt à leurs défenseurs, comme ce fut le cas au cours du procès Merah.

L’hommage prononcé lors de la commémoration de l’assassinat du Père Hamel, le 26 juillet 2017 mérite que l’on s’y attarde. Discours de circonstance ou profession de foi ? Telle est la question. Dans un article de « la Croix » daté du  27.07.2017, Jean Louis Schlegel, Directeur de la revue « Esprit » se déclare sidéré d’avoir « pour la première fois entendu un Président de la République  (laïque) parler avec les mots de l’Eglise : l’espérance, le don de soi, l’amour» Notons qu’à aucun moment n’ont été prononcés les mots : Liberté Egalité Fraternité non plus que Laïcité. Nous conviendrons avec Philippe Portier que  le fait de reconnaître que les croyances peuvent « cohabiter à la fois dans l’intimité et dans l’intensité » c’est admettre que la société doit se construire à partir des valeurs portées par les religions. En cette circonstance il n’a pas été dit que c’était à l’Eglise d’accepter la loi de la République laïque mais que «  l’Eglise faisait partie de la République, et qu’en cette circonstance elle était exemplaire ». Faut- il voir dans cette affirmation une « valeur supplémentaire » du catholicisme eu égard aux autres convictions, héritée de Paul Ricoeur, pour qui le catholicisme constituait « l’énergie centrale ».

Par ailleurs, le 2 novembre 2017, le journal « La Croix », encore lui, révélait que le Président Macron acceptait officiellement le titre de « Premier et unique Chanoine Honoraire de la  Basilique de Latran », cathédrale du pape, et qu’il avait l’intention de d’aller rapidement en prendre possession à Rome. Or, rien n’oblige un Président de la République à accepter cette charge symbolique qui fait tache en République laïque. S’agit- il de mettre à genoux à terre devant le Souverain Pontife par conviction intime, abandonnant par là même un pan de la souveraineté nationale, ou d’un signe adressé à l’électorat catholique ? C’est en tout cas une entorse, une de plus, à la Loi de Séparation. C’est la liberté de conscience et non la foi qui détermine le rapport de l’Etat à l’ensemble des religions en général et de chacune en particulier. La conscience n’est pas la foi et l’égalité entre citoyens justifie que l’Etat demeure extérieur aux considérations théologiques et à leurs pratiques. La liberté de conscience ne vise pas l’égalité de traitement entre les religions, l’article premier de la Loi de 1905 est clair sur ce point, l’Etat - au sens juridique du terme- ne reconnait aucun culte. Ainsi, la liberté de conscience ne peut être effective que par une stricte séparation entre le fait religieux et le champ politique. La seule façon cohérente de se prémunir contre le retour en force des religions dans la sphère publique et préserver la paix civile est de les assigner à « l’intimus », la sphère privée. Prétendre les traiter sur un plan d’égalité renvoie à un œcuménisme faussement laïque,  conception qui pollue actuellement le discours sur la laïcité.

A cet égard, la déclaration récente de l’actuel Ministre de l’Intérieur et des Cultes est particulièrement édifiante « nous voulons que les musulmans se sentent fiers d’être français, fiers d’appartenir à la nation. » Mettre sur le même plan l’appartenance supposée à une religion et la citoyenneté constitue une grave dérive. En oubliant que la République ne reconnait personne d’autre que le citoyen, à mots couverts, Gérard Collomb engage l’Etat sur la voie d’une gestion larvée du communautarisme qui affaiblit et pervertit la République.

Faut- il s’en étonner ? Un élément d’explication explication réside sans doute dans l’adhésion philosophique hautement proclamée du Président aux thèses du philosophe Paul Ricoeur qui vécut à Chatenay Malabry dans un lieu communautaire fondé par Emmanuel Mounier. Quant au Ministre chargé de faire respecter la laïcité de l’Etat, souvenons- nous que dans son fief lyonnais, il a mis en place « une instance de dialogue et de concorde » qui renvoie à «  l’instance de dialogue permanent entre les Eglises et l’Etat » instituée par l’Union Européenne. On est plus près des thèses de la laïcité ouverte, rebaptisée inclusive, du christianisme social que de la laïcité de Jaurès, fervent adepte de la séparation, adossée au mouvement ouvrier, pour qui, sans République sociale il ne pouvait y avoir de République laïque. Pour les laïques l’heure du repos est loin d’être arrivée, plus que jamais le combat pour l’émancipation des consciences reste  l’ordre du jour. L’appel des laïques constitue un point d’appui, un pas vers la reconstruction du mouvement laïque sur ses bases historiques.

Loïck GOURDON le 16.11.2017.

2 sortes

2 sortes
❏ rituel : il n’y a que 2 sortes de rituel, le parfait et le ridicule.
❏ tenue : il n’y a que 2 sortes de tenues, la pièce de théâtre et la cour d’école
❏ colonne d’harmonie : il n’y a que 2 sortes de musique, la voix du rituel ou celle de
la Fnac
❏ VM : il n’y a que 2 sortes de VM, celui qui façonne le rituel à l’image de sa Loge et
celui qui fait l’inverse.
❏ cordonnite : il n’y a que 2 sortes de cordonnite, celle des autres qu’on dénonce et
celle des autres qui nous laisse indifférent.
❏ planche : il n’y a que 2 sortes de planches, celle trop longue et celle beaucoup
trop longue.
❏ apprentis : il n’y a que 2 sortes d’apprentis , les silencieux et les muets.
❏ fraternité : il n’y a que 2 sortes de fraternité , celle qui colle et celle qui soude.
❏ Franc-maçonnerie : il n’y a que 2 sortes de Franc-maçonnerie, celle dont la vérité
est partout et celle dont la vérité est nulle part.
❏ secret : il n’y a que 2 sortes de secret maçonnique, le fils de la vanité et le père
de l’élégance.
❏ Obédience : il n’y a que 2 sortes d’Obédiences , les grosses qui se disent
fondatrices et les petites qui se disent authentiques.
❏ agapes : il n’y a que 2 sortes d’agapes, celles où les assiettes sont en carton et
celles où le Trésorier est en vacances.
❏ cotisation : il n’y a que 2 sortes de système de cotisation, celui où l’Obédience
est visiblement gagnante et celui où cela ne se voit pas.
❏ élections du collège, il n’y a que 2 sortes d’élections, celles où on s’engueulent et
celles où on s’ennuient.
❏ frères, il n’y a que 2 sortes de frères, ceux qui sourient à ce texte et les
autres.

Lire la suite

Dans les coulisses du premier dîner sur la bioéthique à l’Élysée

Leaders religieux, militants pro-euthanasie… Ils ne se parlent jamais. Emmanuel Macron les a reçus pour parler de la fin de vie. Que se sont-ils donc dit ? (site La Vie)

Échanger et encore échanger, pour éviter toute crispation. Pour mettre tout le monde dans sa poche, Emmanuel Macron met les petits plats dans les grands. Alors que se sont ouverts les débats tenus par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) en vue de la révision des lois bioéthique, le chef de l'État a décidé d’organiser d’ici le mois de juin trois dîners à l’Élysée, autour des thématiques de la fin de vie, de la PMA et de l'intelligence artificielle. « Le Président a aussi besoin de nourrir sa réflexion personnelle », fait valoir un membre de son entourage. Hier soir, avait lieu la première rencontre autour de la fin de vie, un thème qui ne devait d’abord pas figurer au programme des États-Généraux de la bioéthique avant d’être finalement intégrée au débat à la demande du Château. 

Leaders religieux, militants pro-euthanasie… Ils ne se parlent jamais. Emmanuel Macron les a assis autour de la même table. Les institutionnels : Jean-François Delfraissy, le président du CCNE, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui réclame une évaluation de la loi Claeys-Léonetti avant toute avancée législative. Les représentants du monde médical : le président de la Société française des soins palliatifs Vincent Morel, ou Véronique Fournier, présidente du Centre national des soins palliatifs, adeptes de deux lignes opposées. 

Comme le Président l’avait promis lors de ses vœux aux autorités religieuses, les cultes aussi ont eu leur place. Le président de la Fédération protestante de France François Clavairoly, le président du Conseil Français du culte musulman (CFCM) Ahmet Ogras, ainsi que le grand rabbin Haïm Korsia étaient présents. Pour l’Église catholique, c’est finalement Michel Aupetit qui a participé. L’archevêque de Paris remplaçait Georges Pontier, président de la conférence des évêques, initialement invité. En revanche, aucun représentant de la franc-maçonnerie n’avait été convié… 

« Cela m’inquiète, assure Philippe Foussier, grand maître du Grand Orient de France. Les cultes sont en décalage avec les aspirations profondes de la société, il y a un risque de radicalisation du débat sur ces sujets sensibles, convier les cultes en priorité c’est prendre le risque d’un débat qui monte en tension. » Et de déplorer « une grande confusion entre le temporel et le spirituel, un retour à l’esprit concordataire. » Si Philippe Foussier n’a pas reçu de bristol, plusieurs convives partageant la même ligne étaient présents comme l’un de ses amis, le député LREM et président du groupe d’études sur la fin de vie à l’Assemblée Jean-Louis Touraine, franc-maçon assumé. Il était placé à côté du Président et choyé : Emmanuel Macron l’a immédiatement tutoyé et a échangé avec lui quelques clins d’œil complices. Assis à la gauche de la ministre Agnès Buzyn dînait le militant pro-euthanasie Jean-Luc Romero, président de l’association pour le droit à mourir dans la dignité.

Lire la suite