Au Mur des Fédérés du Père Lachaise

  • Par mthe
  • Le 30/04/2019
  • Commentaires (0)

Un article de la Fédération nationale de la Libre Pensée.  Elle sera présente aux cotés des syndicats qui défendent les intérêts des salariés pour célébrer le prolétariat qui est monté à l’assaut du ciel en 1871.

.

Le Mur des Fédérés appartient au Mouvement ouvrier

La Commune de Paris s’acheva au Père Lachaise, lors de la Semaine sanglante, au Mur des Fédérés où les Communards furent assassinés par la barbarie versaillaise. Le mouvement ouvrier a toujours été avec la Commune de Paris et son héritage, quand tant d’autres étaient à Versailles au nom de la « concorde nationale ».

La Commune de Paris a dressé l’ébauche prometteuse de mesures sociales qui se sont concrétisées plus tard dans le Code du Travail. Etre fidèle au combat des Communards, c’est être aux côtés de tous ceux qui, salariés, lycéens, étudiants, jeunes, refusent que l’on détruise ce qui a été construit par nos ainés pour un monde meilleur et plus éclairé.

Quand la bourgeoisie a peur : elle réprime avec férocité et sans limite

Pendant la Commune de Paris, quand la Bourgeoisie et l’Eglise coalisées ont pris peur du prolétariat parisien, la répression fut féroce. Le bilan est lourd : une centaine de milliers d’arrestations, des déportations en masse dans les bagnes, 20 000 assassinats de communards pendant la Semaine sanglante.

Pendant la Guerre de 1914-1918, pour empêcher les fraternisations et les mutineries, l’Etat-Major militaire, au service du capitalisme et des banquiers, fit passer devant les Conseils de guerre des dizaines de milliers de soldats et d’officiers. Bilan : 2 500 condamnations à mort et 650 Fusillés pour l’exemple et des milliers mourront dans les bagnes.

Pendant la guerre d’Algérie, pour défendre les intérêts des colonialistes, les arrestations, les emprisonnements, les massacres se comptèrent à la pelle.

En 1955 : 703 condamnations ; en 1956 : 1 980 condamnations ; en 1958 : 5 145 condamnations. C’est l’année la plus terrible, celle de la venue au pouvoir du Général de Gaulle et du plan Challe d’éradication militaire des indépendantistes algériens ; en 1959 : 2 778 condamnations ; le 17 Octobre 1961 : « Ici, on noie des algériens » ; ■ 25 000 algériens manifestent à Paris contre le couvre-feu et l’interdiction des manifestations ; ■ 14 094 algériens arrêtés, auxquels il faut ajouter 1 000 femmes et 500 enfants ; ■ 8 800 personnes en garde à vue (rétention à l’époque) à Coubertin et à Vincennes.

Tout cet arsenal, toute cette répression n’ont pu empêcher le mouvement du peuple algérien vers l’indépendance.

AUJOURD’HUI pour réprimer le mouvement des Gilets jaunes et le mouvement syndical, le gouvernement Macron/Philippe frappe et réprime sans aucune retenue : 9 000 gardes à vue et 2 000 condamnations. Le 13 avril 2019, poussant le ridicule aussi loin que la férocité, le ministre de l’Intérieur annonce 1 300 manifestants à Paris et 10 000 fouilles préventives. Les manifestants ont-ils été fouillés 8 fois chacun ? Le bobard va toujours de pair avec la répression, cela s’appelle la propagande.

Mais rien ne pourra étouffer la colère du peuple !

Les manifestations du 13 avril 2019 l’ont montré avec force

Pour la défense des revendications !

Pour la défense du droit de manifester !

Pour la Démocratie et la laïcité !

Tous au Mur des Fédérés, le 1er mai 2019 ! Vive la Commune de Paris !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire